Finissons-en avec les 5 idées reçues sur le Cloud Computing

16 février 2015
Publié par Equipe NetExplorer
idées reçues sur  le cloud computingAu départ accusé d’être simplement une tendance, le Cloud Computing s’est imposé aujourd’hui comme une nouvelle façon de consommer des services IT pour les entreprises.

Plus de flexibilité, un investissement plus que modéré, et une capacité d’évolution infinie, le Cloud est déjà adopté par une majorité d’entreprises. Pourtant, certaines d’entre elles hésitent encore à sauter le pas, influencées par des idées reçues.

1. Le Cloud Computing n’est pas sécurisé

C’est le principal frein à l’adoption des services Cloud, et surement le plus légitime. En effet, la sécurité des données est ce qu’il y a de plus important pour une entreprise, notamment pour sa réputation et la satisfaction de ses clients. Pour autant, stocker ses données dans le Cloud est bien souvent plus sécurisé que de les conserver en interne : sinistre informatique, bug réseau, dégradation matérielle (dégâts des eaux, incendie…), collaborateurs peu scrupuleux… En plus des sécurités réseau (pare-feu, systèmes de protection contre les intrusions…) et applicative (détection des failles système), les fournisseurs de solutions Cloud couvrent aussi la protection physique de vos données (contre le feu, la fumée, les intrusions…), grâce à un environnement drastiquement sécurisé : accès par biométrie, systèmes anti-incendie, caméras de surveillance…

 2. Le Cloud est réservé aux grandes entreprises

Faux ! Les solutions Cloud permettent justement à des TPE/PME de profiter d’infrastructures, de solutions logicielles et de services haut de gamme qui leurs seraient impossibles d’obtenir en interne à cause de leur coût. La multitude d’offres sur le marché permet à chacun de trouver celle qui colle le plus à ses besoins : que l’on soit un particulier, une PME ou une entreprise du CAC40.

 3. En optant pour le Cloud, on perd les investissements déjà réalisés

Souscrire à un service de Cloud Computing ne signifie pas que tous les investissements que vous avez réalisés en terme d’infrastructure sont vains. Certaines données peuvent rester stockées en interne, sur vos propres serveurs (les données archivées, auxquelles vous n’accédez que très rarement par exemple), et les autres sur une plateforme Cloud, pour vous apporter toute la flexibilité et l’agilité offertes par des solutions de partage de fichiers et de travail collaboratif.

4. Avec le Cloud, Computing, je ne suis plus maître de mes données

Encore une idée reçue dans de nombreuses entreprises et qui est tout à fait justifiée : vos données ne sont plus stockées sur vos serveurs, mais dans le Cloud. Ainsi, beaucoup craignent qu’une fois leurs données transférées dans le nuage, ils ne puissent plus les récupérer. Il est donc important d’étudier les pratiques de plusieurs fournisseurs de solutions Cloud, les normes auxquels ils adhèrent, leurs certifications… Il est préférable d’opter pour une solution qui propose des interfaces de programmation d’applications (API) ouvertes, l’importation et l’exportation de données sur des supports physiques (disques durs externes par exemple).

5. Le Cloud Computing, c’est cher

Lorsqu’un DSI, ou plus généralement une entreprise, compare les investissements nécessaires entre le développement d’une solution en interne, et celle d’une solution Cloud, beaucoup trouve que les solutions dans le nuage sont trop chères. Bien souvent, seuls les frais matériels sont pris en compte : acheter un NAS est rapidement amorti, alors que la souscription à une solution Cloud se fait par abonnement mensuel, comme un loyer. Pourtant, la comparaison doit aller plus loin : il faut prendre en compte les salaires et le temps humain nécessaires à la gestion d’une infrastructure interne : quelqu’un devra installer et assurer la maintenance d’un serveur interne, idem pour le développement de logiciels ou d’applications. Enfin, un fournisseur de solutions Cloud qui compte de nombreux clients peut proposer des prix plus compétitifs grâce à la mutualisation des ressources et des compétences matérielles et humaines. En prenant en compte l’ensemble de ces paramètres, une solution Cloud est souvent bien moins chère que si le même type de solution était développée en interne.

Partager cet article :
cloud