Les conséquences du coronavirus sur le trafic internet

Les conséquences du coronavirus sur le trafic internet
28 avril 2020
Publié par Équipe NetExplorer

Avec les mesures de confinement prises en Europe et dans le monde pour limiter la propagation du coronavirus, plusieurs secteurs d'activité sont au ralenti ou à l'arrêt. La tendance n'est cependant pas la même pour internet en général et les sites de e-commerce en particulier. Découvrez dans cet article les conséquences de la pandémie sur l'utilisation de la bande passante.

L'explosion du trafic internet

Depuis le début des confinements face au Covid-19, internet est plus que jamais sollicité, que ce soit pour le télétravail, le télé-enseignement, la téléassistance ou la distraction (jeux en ligne, apéro Skype, etc.). Avec cette forte utilisation, le trafic internet mondial connaît une explosion sans précédent. Les statistiques ne prouvent pas le contraire. On note déjà une forte croissance de la consommation de la bande passante parce que les jeux en ligne, la TV sur IP et les réseaux sociaux sont pris d'assaut.

Les loisirs et la TV sur IP prennent beaucoup de place

Quelque temps après la mise en œuvre des politiques de confinement à travers le monde, plusieurs nœuds d'échange d'internet ont enregistré des niveaux de débits jamais atteints. Par exemple, le DE-CIX (Deutscher Commercial Internet Exchange), le plus important point d'échange internet au monde en matière de trafic, a annoncé avoir atteint un débit de plus de 9,1 térabits par seconde au début du mois de mars. En Italie, la situation est encore plus importante avec une augmentation de 70 % des transactions de données sur le réseau fixe du pays.

Cette croissance notée au niveau du trafic web mondial est due en grande partie aux loisirs et à la télévision sur IP. La même tendance se remarque en France. Le transfert de données n'arrête pas de croître, notamment avec Netflix, le géant de la télévision sur réseau qui représente plus de 20% de la consommation de bande passante du pays.

coronavirus et trafic internet

Une forte affluence sur les réseaux sociaux et de télécoms

Si la TV sur IP et les jeux en ligne sont très consommateurs, ils ne sont pas les seuls facteurs impliqués dans l'augmentation du volume des données transmises. Les opérateurs de la télécommunication et les réseaux sociaux sont également concernés. Durant cette période de crise pandémique, les outils de télétravail (messageries, téléconférences et plateformes de travail collaboratif) sont de plus en plus utilisés. Rien qu'en France, le trafic WhatsApp a été multiplié par 5 dans les premières semaines du confinement, ce qui correspond à une croissance de 500 %.

Avec cette forte affluence, la bande passante risque d'être saturée. C'est justement pour cette raison que les opérateurs, les centres de données et les hébergeurs renforcent les capacités de leurs infrastructures. Pour vous accompagner durant cette période, NetExplorer met à votre disposition des outils de stockage, de gestion et de partage de données numériques afin d'assurer la bonne marche de vos activités professionnelles en télétravail.

Une augmentation du trafic au niveau du e-commerce

Le Covid-19 a déjà exercé un impact sur le comportement des consommateurs, qui sont massivement passés aux achats en ligne. Dans ce contexte, les entreprises du e-commerce sont les principaux bénéficiaires, notamment celles de la grande distribution et de la pharmacie.

La grande distribution en hausse de 20%

Selon les chiffres publiés par Contentsquare, les ventes et les achats en ligne ont affiché une croissance de l'ordre de 20 % au 13 mars 2020. Les consommateurs passent 25,7 % d'heures de plus pour rechercher et commander les produits en ligne.

Dans l'Hexagone, les statistiques sont aussi très impressionnantes. Quelques jours après le début du confinement général, les sites français de grande distribution ont vu leur nombre de visiteurs grimper rapidement avec un taux de croissance de plus de 4 %. Cette affluence a entraîné l'augmentation du volume des transactions de 3,1 %. Les magasins en ligne et les drives français connaissent ainsi les meilleures ventes de leur histoire avec une croissance trois fois plus forte que d'habitude.

Une importante croissance des transactions pharmaceutiques

Au niveau des pharmacies en ligne, les données transférées via la bande passante ont augmenté de près de 64 % en mars 2020. Uniquement en France, le trafic internet des sites de vente de produits pharmaceutiques a grimpé de plus de 15 % au début de la crise du coronavirus. Avec cette consommation croissante, le nombre de transactions effectuées entre magasins et clients a augmenté de 2,1 % au 13 mars 2020.

trafic internet

Un bouleversement de situation pour l'industrie du voyage

Si les drives et les pharmacies en ligne semblent profiter de l'augmentation du trafic internet, ce n'est certainement pas le cas pour les agences de voyage et de tourisme. Depuis le début de la crise, les achats sur les sites de voyage ont véritablement chuté (20% de baisse sur le plan mondial, uniquement au début de la crise).

Malgré la forte croissance des débits de la bande passante, les sites français de voyage et de tourisme ont enregistré une diminution de 19 % des transactions en seulement deux semaines. Il en est de même pour les sites hôteliers et de restauration. Les détaillants d'équipements sportifs sont également touchés, avec un trafic en chute (-13,3%).

Un véritable choc pour le réseau internet mondial

À voir la vitesse à laquelle le trafic internet s'accroît durant la pandémie du coronavirus, on ne peut s'empêcher de demander ce que le futur réserve. Ces deux derniers mois, le débit de la bande passante a connu une augmentation de 20 à 60% sur le plan mondial. Les tuyaux d'internet et des réseaux de communication seront-ils en mesure de supporter cette pression croissante ? Selon les prévisions, les risques d'encombrement et de blackout ne sont pas négligeables. Le volume de données transférées au quotidien risque de dépasser les capacités des infrastructures actuelles si rien n'est fait.

En France, les télétravailleurs craignent le pire. Mais la Fédération Française des Télécoms reste optimiste. D'après les propos d'Arthur Dreyfuss, président de la fédération, il n'y a pas de risque d'étranglement. Toutefois, les opérateurs et fournisseurs d'accès font des efforts pour éviter le pire.

Par exemple, les plateformes les plus importantes comme Facebook, Netflix et YouTube ont baissé la qualité de leurs contenus vidéo pour alléger la toile. Cependant, cela pourrait ne pas suffire si le web est de plus en plus sollicité. Les experts et les techniciens devront se mettre à pied d'œuvre pour répondre aux éventuelles exigences.

En résumé, la procédure du confinement enclenchée pour contrer la propagation du Covid-19 a occasionné une forte utilisation d'internet pour travailler à domicile, communiquer et se distraire. Cela a fait croître le trafic en France et partout dans le monde. Des secteurs comme l'e-commerce bénéficient de cette situation de confinement qui accroît l'usage du web, tandis que d'autres secteurs accusent le coup.

Partager cet article :

Nous utilisons les cookies pour personnaliser le contenu et analyser notre trafic. Veuillez décider quel type de cookies vous êtes prêt à accepter.